Pour Erickson, l'hypnose est un état naturel, physiologique et spontané que nous pouvons expérimenter, a minima tous les jours, tout simplement lorsque "nous sommes dans la lune", "dans les nuages" ou bien encore cet état intermédiaire lors de certains réveils matinaux où l'on hésite entre le rêve et l'éveil.

A l'aide de certaines techniques spécifiques de communication, je guide le patient à obtenir cet état modifié de conscience, de

l'amplifier et surtout de l'utiliser de manière thérapeutique. 

Pour Erickson "tout ce qui n'est pas conscient est inconscient" et cet inconscient est considéré comme un réservoir de ressources; ce qui implique une notion positive de l'inconscient doué d'un mode de fonctionnement analogique.

La dynamique hypnotique va permettre à la personne de retrouver sa capacité à répondre de manière nouvelle et adaptée aux situations qu'elle rencontre. En effet pour le patient, il ne s’agit pas d’obéir à des suggestions extérieures mais de réutiliser ses compétences et ses possibilités d’adaptation personnelle. L’hypnose par sa capacité à “s’abstraire” de l’environnement immédiat permet à l’inconscient du patient d’effectuer des remaniements utiles au changement. Cette permissivité et cette souplesse sont nécessaires au patient pour qu'il fasse ce qui convient à l'amélioration de son état.

 

 

 

 

 

 

 

 

L'aspect magique de l'hypnose entraîne des confusions et les médias s'intéressent à l'hypnose de spectacle !

 

L'hypnose ericksonienne, dite clinique est un outil thérapeutique reconnu, notamment par l'INSERM.

Il importe de noter l'aspect indirect et permissif des techniques employées. En effet, la place du thérapeute s'apparente à celle d'un "pédagogue"; il apprend au sujet à utiliser les outils (inconscients) que celui-ci possède pour changer.

L'hypnose est un mode de communication privilégié où le sujet répond à lui-même.